34 - INSTITUTRICE





Après le sacré Charlemagne qui a inventé l’école, Jules Ferry rend l’école obligatoire vers la fin du 19ème siècle. Selon un modèle d’aménagement généralisé, toutes les écoles de France présentaient un même schéma d’installation et de fonctionnement.

Parmi les souvenirs et repères matériels, évoquons :
• l’estrade et le tableau noir,
• le bureau du maître d’école,
• les tables en bois, souvent pour deux élèves, avec leur encrier en porcelaine,
• le feu au fond de la classe avec une protection,
• les cartes murales de géographie,
• les accessoires de géométrie,
• la mappemonde,
• les armoires de matériel (avec l'encre, les plumes, les crayons de bois, les crayons de couleur, les cahiers,…),
• le guide chant, etc.

A ce décor identique pour tous pendant le cycle d’école primaire, s’ajoutaient aussi un programme rigoureux et une contrainte de discipline éducative, imposée et admise.
L’autorité du maître était sans failles et indiscutable.

L’incitation au travail était active et les contrôles assez fréquents. Respect, politesse, obéissance se vivaient normalement au quotidien.

Pour chacun, l’école primaire représentait une période d’apprentissage, avec l’objectif de passer le certificat d’études primaires à 14 ans ou prendre la voie du collège ou du lycée vers les 11 ans, après le passage de l’examen d’entrée en classe de 6ème.
Un cheminement scolaire préétabli, balisé avec quelques options ou dispenses, mais sans chaos.
L’indiscipline était exceptionnelle, voire inexistante.

Par les années d’école primaire obligatoire, chacun retrouve, face à cette classe reconstituée, une multitude de souvenirs sur des sujets aussi variés qu’émouvants.

C’est un rajeunissement presque brutal, une séquence de vie inoubliable par son contenu d’apprentissage, sa durée, ses découvertes, la première ouverture vers l’extérieur, les expériences, etc.

Face à ce lieu, un moment où chacun peut revivre des instants d'émotion.


34 - SCHOOLROOM





The Emperor Charlemagne introduced schools in Europe in 789, but it was only at the end of the 19th century that Jules Ferry made education obligatory for French children. Built to a standard model, all French schools had the same type of layout and contents.

Here are some of the souvenirs from this old classroom:
• The raised teaching platform and the blackboard,
• The teacher’s desk,
• Wooden tables, often seating two pupils, with their china inkwells,
• A fenced-off stove to heat the room,
• Wall-charts to teach geography,
• Shapes for geometry,
• A globe,
• The stationery cupboard (for storing ink, pens, wooden pencils,
crayons and exercise books), • Song sheets, etc.

This identical design for all primary schools was reinforced by a rigorous programme of lessons and the enforcement of school discipline. The master’s authority was infallible and could not be questioned.

Pupils were actively encouraged to work and were often tested on what they had learned. Respect, politeness and obedience were the daily rule.

Schoolchildren could choose to leave primary school after passing a certificate of primary studies at the age of 14 years or they could choose to go on to secondary school and then the lycée from the age of 11. If they aspired to higher studies they had to pass the entrance exam into the 6th class. Pupils followed a well-established, organised route with little possibility for choice.

Rebellious behaviour was exceptional, almost unknown during this period.

This reconstructed primary classroom will trigger old memories for those who remember this period.

This was the child’s first experience of the outside world, with its discoveries and its occasional hard knocks.

Everyone will remember their first days at primary school.