02 - TRAMWAY





Nous découvrons un tramway de 1906. Il provient de Laon : après rénovation c'est un centenaire rajeuni surprenant à redécouvrir.

En préambule, nous devons citer 3 saint quentinois qui ont été de fervents défenseurs du patrimoine local. Il s'agit de :
• Francis Crépin, le président de l'association de sauvegarde du patrimoine industriel et social du Vermandois,
• Puis, Jacques Leroy qui a d'ailleurs réalisé, après des années de recherche, un livret passionnant concernant la vie des tramways à Saint Quentin,
• Et enfin, Jacky Tabart qui, en 1955, une année avant l'interruption des activités de tramway à Saint Quentin, avait aussi réalisé une chanson en l'honneur des tramways.
Merci à tous trois.

L'histoire des tramways de Saint Quentin débute le 11 avril 1895 : il s'agit là d'une décision de principe du conseil municipal. Deux modèles de tramways se sont succédé : ils étaient propulsés par l'énergie de l'air comprimé. Nous passerons sur les multiples aventures de leur fonctionnement : ils furent remplacés par des tramways électriques en 1908. Ce nouveau matériel était jaune avec des plateformes aux extrémités.

Les tramways de cette époque, à Saint Quentin, étaient seulement plus courts que celui que vous pouvez découvrir sur place. Les inscriptions de 1908 ont été reprises sur cet exemplaire. En mai 1956, interruption définitive de leur activité et, hélas, aucun modèle n'a été conservé. A Laon, ville préfecture, la compagnie des transports a décidé de conserver plusieurs modèles après l'interruption de leur fonctionnement en 1971.

L'association Loisirs et Traditions de France a pu récupérer, en 2001, un modèle avec l'objectif de le rénover et vous l'avez aujourd'hui devant les yeux.

Etrange évolution de la modernité quand nous constatons que, depuis plusieurs décennies, dans la plupart des grandes villes les tramways ont été remis en fonctionnement avec évidemment des silhouettes plus modernes, mais le principe du tramway revit et se justifie à nouveau.


02 - TRAM





Here you see a 1906 tramcar, which has been restored to its original condition, when it served travellers in the streets of Laon.

We would like to mention 3 Saint Quentin citizens who have worked very hard to safeguard local industrial history. They are:
• Francis Crépin, president of the Vermandois association for safeguarding local industrial heritage
• Jacques Leroy. After years of research, he published a fascinating book about life on the Saint Quentin trams
• Jacky Tabart. In 1955, a year before the Saint Quentin tramlines were abandoned, he wrote a popular song celebrating the wonders of the tramcar.
Thanks to all three of these passionate advocates of local heritage.

It was on 11th April 1895 that the Saint Quentin city council decided to put in a tram system.

Two different models of trams were used successively. The first trams were driven by compressed air. We will not dwell on the many problems involved in making them work. Suffice to say that the compressed air models were replaced by electrically propelled trams in 1908. The new trams were painted yellow and had platforms at each end.

The Saint Quentin trams of 1908 were a little shorter than the model shown here, but this tramcar has been redecorated with signs originally used on trams running in Saint Quentin.

In May 1956, Saint Quentin stopped using trams. Sadly, none of the city’s tramcars has been preserved for posterity. Laon, which is home to the main Aisne prefecture, kept its trams running until 1971.

The Loisirs et Traditions de France association was able to acquire this tram from Laon In 2001 and has since renovated it.

It is strange to note that in our modern era, many large cities are reintroducing trams, more modern in design but still driven by broadly similar methods to those used a century ago.